La baie de loango

À 20 kilomètres de Pointe-Noire (sud), la capitale économique du Congo-Brazzaville, se trouve l’ancien port d’embarquement des déportés de la baie de Loango où au moins 2 millions d’humains ont été déracinés de l’Afrique pour les Caraïbes et les Amériques entre le XVIe et le XIXe siècle  pour être réduits en esclavage.

 

Projet Matatchebo

“Se souvenir pour renaître et pardonner pour le vivre ensemble”

objectifs

  • Inventorier, géo référencer et traiter biologiquement les manguiers (manguifera indica l) de la  route des déportés de la baie de Loango qui sont infestés par les charançons du noyau de la mangue (chryptorhynchus mangiferae) et rétablir leur cycle végétatif naturel (en partenariat avec la Direction Départementale du Patrimoine et de la Documentation au Kouilou – D.D.P.D.K – et le Centre de Recherche sur la Durabilité et la Productivité des Plantations Industrielles – C.R.D.P.I-) ;
  • Réaliser et suivre au Congo et en Guadeloupe deux (2) pépinières de deux(2) millions de plants de manguiers en 5 ans (2021-2026), par multiplication sexuée et / ou végétative (en partenariat avec le Service National de Reboisement (SNR), le CRDPI  et la société KEM’S CONSULTING de la Guadeloupe).
  • Valoriser les issus des manguiers (Bonsaïs, jus, confitures, phytomédicaments…(en partenariat avec le Centre de Valorisation des Produits Forestiers Non Ligneux (CVPFNL);
  • Boiser et /ou reboiser les villes, villages , forêts et tout lieu mémoriel dans le monde avec les plants des pépinières pour conserver par le manguier la mémoire des l’histoires de la route des déportés de la baie de Loango et celle des 2 millions d’humains déracinés de l’Afrique pour les Caraïbes et les Amériques où ils furent réduits en esclavage ( en partenariat avec le SNR, le CRDPI, le Musée de Diosso, la DDPDK, la D.D.P.D.PN , la société KEM’S CONSULTING de la Guadeloupe et les Associations, ONG et Fondations nationales, internationales impliquées dans la conservation de la mémoire des victimes de la traite transatlantique).

 

Visitez nous

TOUR MAYOMBE, Escalier A, 12ème étage, Appartement N°44 Pointe-noire Congo

Nkoungou Prefecture de Loango Département du Kouilou. Republique du Congo
Du lundi au Vendredi de 8h30 à 16h30

00242 05 551 35 67/ 05 601 61 07

00242 05 06 712 99 60

(+590) 690 36 79 01 Guadeloupe Pointe-Noire

 

A propos de nous

Le projet MATATCHEBO a été initié par La Coopérative verte (COOVERT) le 28 novembre 2019.

Actualités

Evènements

Ici vous trouverez toute l’actualité sur nos évenements. 

La vie des sites

Ici vous trouverez toute l’actualité sur la vie des deux (2) pépinières 

Cohérence avec les stratégies nationales existantes :

• En matière du tourisme mémoriel

Dans l’optique de l’indispensable diversification de notre économie, les industries touristiques et de l’environnement congolais sont appelées à occuper une place non négligeable.

En ce qui concerne la politique dans le secteur du tourisme congolais, l’action du Gouvernement se focalise sur la mise en œuvre de la politique de développement durable de l’industrie touristique.

Cette politique s’oriente entre autres vers :

  • la généralisation des sites internet spécialisés permettant aux touristes de partager leurs expériences de voyage et opinions sur la destination;
  • l’aide des partenaires internationaux et du secteur privé déjà impliqués dans la promotion de l’expérience ;
  • la diversification de l’offre et des activités avec la mise en valeur des nouveaux sites touristiques ;
  • l’invitation des intervenants à prendre des mesures visant la protection des milieux naturels et des paysages à hauts potentiels de développement touristique…

La route des déportés de la baie de Loango, point focal du projet MATATCHEBO, entrent dans la veine de ces orientations.

• En matière de conservation de la mémoire de Loango

L’UNESCO compte lancer un projet dit ‘’Route de Loango’’, des associations et ONG impliquées dans la préservation de la mémoire de Loango ne sont pas en reste. L’une d’entre elles, la Fondation legs et mémoire construit actuellement un musée de mémoire dans Loango. Par ailleurs, du 2 au 4 mai 2019 à Pointe-Noire, s’est tenu à l’initiative de l’Institut français du Congo (IFC) un colloque sur Loango.

Tout cet engouement dénote d’une volonté nationale de susciter une réflexion contemporaine à partir des connaissances sur les traites, la colonisation et les sociétés post-esclavage. Mais surtout à promouvoir un tourisme culturel et mémoriel en lien avec les perspectives de développement local.

Le projet ‘’MATATCHEBO’’ s’intègre dans cette optique en y apportant une double touche, l’une mémorielle et l’autre écologique.

• En matière de préservation et de valorisation des produits forestiers non ligneux.

Le Congo a mis en place une politique nationale de diversification de l’économie. Le secteur forestier constitue un de ses maillons. Une attention particulière est portée sur les produits forestiers non ligneux. Pour ce faire, un Centre de Valorisation des Produits Forestiers Non Ligneux (C.V.P.F.N.L) a été crée pour entre autres, promouvoir et développer les pratiques culturales basées sur la valorisation des produits forestier non ligneux. La vulgarisation par le boisement et/ou le reboisement des manguiers locaux (Matatchébo) et la valorisation de leurs fruits en jus, confiture, compote, bonsaïs et médicaments phytosanitaires… entrent dans le cadre de cette politique

• En matière de boisement et reboisement

Le Congo à travers le Service National de Reboisement a mis en œuvre une politique nationale de boisement et de reboisement en vue de garantir la reconstitution et l’accroissement du patrimoine forestier national.

La réalisation d’une pépinière de 2 millions de plants de manguiers pour boiser et /ou reboiser des zones de notre pays et celles des pays du monde qui offriront des espaces mémoriels au projet rentre parfaitement dans cette politique qui est un apport non négociable de carbones pour notre planète.

Pourquoi nous devons le faire?

Une catastrophe est en proie de détruire et de faire disparaître les manguiers (Manguifera indica L, Matatchébo en langue vernaculaire du Congo) qui bordent la route de Loango sur ses trois (3) axes, Diosso, Cabinda et Brazzaville.

 Tous ces manguiers sont attaqués par le Chryptorhynchus mangiferae  ou charançon du noyau de la mangue, au point où, aucun manguier n’arrive à donner un sauvageon mature à son pied, exposant ainsi à une fin inéluctable  ces symboles historiques, patrimoine naturel de notre histoire commune.

C’est pour répondre à la nécessité urgente de sauvegarder ces manguiers séculaires pour certains et pour pérenniser par ‘’la symbolique du manguier’’ les histoires mémorielles qu’ils ont véhiculées  depuis les pistes des caravanes, la route de portage en passant par la route des déportés de la baie de Loango que la Coopérative Verte (COOVERT) a initié le projet MATATCHEBO dont les objectifs sont:

  • inventorier, géoréférencer et traiter biologiquement les manguiers (manguifera indica l) de la  route des déportés de la baie de Loango qui sont infestés par les charançons du noyau de la mangue (chryptorhynchus mangiferae) et rétablir leur cycle végétatif naturel, (en partenariat avec la Direction Départementale du Patrimoine et de la Documentation au Kouilou – D.D.P.D.K – et le Centre de Recherche sur la Durabilité et la Productivité des Plantations Industrielles – C.R.D.P.I-) ;
  • Réaliser et suivre au Congo et en Guadeloupe deux (2) pépinières de deux(2) millions de plants de manguiers en 5 ans (2021-2026), par multiplication sexuée et / ou végétative (en partenariat avec le Service National de Reboisement (SNR), le CRDPI  et la société KEM’S CONSULTING de la Guadeloupe).
  • Valoriser les issus des manguiers (Bonsaïs, jus, confitures, phytomédicaments…(en partenariat avec le Centre de Valorisation des Produits Forestiers Non Ligneux (CVPFNL);
  • Boiser et /ou reboiser les villes, villages , forêts et tout lieu mémoriel dans le monde avec les plants des pépinières pour conserver par le manguier la mémoire des l’histoires de la route des déportés de la baie de Loango et celle des 2 millions d’humains déracinés de l’Afrique pour les Caraïbes et les Amériques où ils furent réduits en esclavage ( en partenariat avec le SNR, le CRDPI, le Musée de Diosso, la DDPDK , la société KEM’S CONSULTING de la Guadeloupe et les Associations, ONG et Fondations nationales, internationales impliquées dans la conservation de la mémoire des victimes de la traite transatlantique).

 

Pour ce faire, elle a établi des partenariats avec un large panel de sachants publics et privés pour que toutes les compétences disponibles  soient mises à contribution pour les actions à mener dans le cadre de ce projet.

La durée  du projet est prévue pour  5 ans (2021-2026), afin de  produire par multiplication sexuée et/ou végétative, à partir d’une part, de Nkoungou dans la Préfecture de Loango, Département du Koulou au Congo et d’autre part, de Pointe-Noire en Guadeloupe, deux (2) millions de plants et bonsaïs, en guise d’épitaphes végétales, pour le retour mémoriel des 2 millions de déportés de la baie de Loango morts, sans noms ni cénotaphe en marbre.

 

Ces deux pépinières seront le fer de lance d’un vaste programme de valorisation de l’arbre ‘’Matatchébo’’  et ses issus et de vulgarisation des histoires dont cet arbre est porteur pour sensibiliser, à travers le monde, ceux dont ces histoires portent les racines et aussi, pour ôter de la conscience collective les entraves d’un passé douloureux, pour laisser s’exprimer un présent qui crie pardon et justice et un avenir avide  du bon vivre ensemble.

En outre, le projet rapportera un gain écologique certain par sa capacité de séquestration du carbone par le boisement et/ou reboisement des 2 millions de manguiers Matatchébo.

Il permettra à l’ensemble de la population rurale des zones cibles (Congo/Guadeloupe) de bénéficier des retombées économiques des activités du projet.

 Par ailleurs, le projet MATATCHEBO lors de la multiplication végétative va  appliquer une technique innovante, en procédant pour la première fois au monde à un ‘’Bouturage sur pieds mère hors sol’’ du manguier (arbre fruitier).

Il favorisera la création d’emplois dans le secteur du tourisme mémoriel au Congo et en Guadeloupe et par la transformation des issus des manguiers.

Enfin, il va raviver la mémoire des 2 millions d’humains partis de ce que sont aujourd’hui le Tchad, la Centre-Afrique, le Cameroun, le Gabon, l’Angola

(Cabinda), le Congo Démocratique et le Congo Brazzaville et déportés à partir de la baie de Loango pour les Caraïbes et les Amériques où ils furent réduits en esclavage.

Nos partenaires

Nous contactez

+242 05 551 35 67 /+242 05 601 61 07/ +242 06 712 99 60

(+590) 690 36 79 01 Guadeloupe Pointe-noire

matatcheboafrica@gmail.com

coovertloango@gmail.com

NKOUNGOU Préfecture DE LOANGO departement du KOUILOU congo

TOUR MAYOMBE, Escalier A, 12ème étage, Appartement N°44 Pointe-noire Congo

Pays d'origine des déportés de la baie de LOANGO